AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 &that's how you became my ball and chain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Moon Leyna


Pseudo : mee.
Avatar : kwon yuri;
Messages : 58
I'm a member since : 30/05/2011
Age : 25

MessageSujet: &that's how you became my ball and chain.    Sam 4 Juin - 7:05

« Kels- » non. Mauvaise idée, pensa-t-elle, alors qu'elle tournait d'un sens et de l'autre pour – au moins – la sixième fois depuis qu'elle avait enfilé son jean. Normalement, son frère aurait été le meilleur pour la conseiller sur ce qu'elle devait porter et ce qu'elle ne devait pas porter, mais pas question qu'elle lui dise qu'elle avait un rendez-vous dans un café avec un jeune homme. Rendez-vous ? Oh, allez. Ça n'avait rien à voir avec un rendez-vous amoureux ! Le jeune homme ne voulait que la remercier pour sa bonne action, après tout, rien de plus normal. Alors pourquoi était-elle stressée à ce point ? Une jupe, un jean, des collants ou pas des collants ? Et puis, quel genre de chaussures devait-elle porter ? Stop. Elle ferma les yeux et posa deux doigts sur sa tempe. Ce n'était pas particulièrement la présence d'un homme qui la gênait – après tout, elle était habituée de fréquenter des garçons, et ses amies féminines se comptaient sur les doigts d'une main. Tandis que ses amis masculins, eux, ne se comptaient probablement même pas. C'était cet homme, qui la stressait. Spécial ? Elle ne savait même pas. Mais sa voix, son regard, et même sa façon d'agir avec elle lui avait semblé beaucoup trop familière lors de leur dernière – et toute première – rencontre. Déjà vu. Non pas qu'elle le connaissait. Impression, juste. Impression. Et cette impression familière, depuis quelques jours, la tuait, lentement, à doux feu. Les anneaux de fiançailles reposaient même sur sa table de chevet, celles qu'elle s'était promise d'enfouir très loin au fond d'un tiroir et ne plus jamais posé un regard dessus. Son frère, éventuellement, les avait cachées. Mais elle les avait trouvées. Beaucoup trop chères, beaucoup trop de souvenirs. Et si son deuil était à peine commencé, elle n'avait définitivement pas l'impression qu'elle s'en sortirait, un jour. Surtout pas lorsque le jeune homme était dans les parages. Pourquoi avait-elle même accepté ? Elle aurait pu lui dire, simplement, que c'était naturel et qu'il n'avait pas besoin de faire ça. Mais plutôt que d'écouter son bon sens et refuser, elle avait insisté pour qu'il ne raccroche pas tout de suite et avait accepté l'invitation. Belle idiote. Probablement avait-elle accepté pour retrouver un peu de confort au fond de son regard, finalement. Juste pour retomber d'un peu plus haut, par la suite. Sûrement.

Elle s'était finalement décidée : un simple jean, et une chemise bleue. Rien de très extravagant. Oh, elle en avait beaucoup, des vêtements, mais il était bien rare que la jeune femme ne porte quelconque jupe. Autant rester naturelle. Ce n'était qu'un café et, de plus, elle y rencontrerait certainement quelques uns de ses collègues. Pas question qu'on lui pose des questions lorsqu'elle rentrerait au boulot le lundi. Au départ, elle avait pensé que le hard rock café était pile le bon endroit : comme ça, son frère ne penserait pas à vérifier qu'elle s'y trouvait. Évidemment. Quelle folle sortirait à son boulot le vendredi soir alors qu'elle y bosse toute la semaine ? Certainement pas elle. Sauf... là. Et maintenant qu'elle y pensait, eh bien, finalement, ce n'était peut-être pas une très bonne idée. Mais bon, peu importe : elle n'allait pas jouer les difficiles et l’appeler à la dernière minute pour lui dire qu'elle annulait. Ou qu'elle voulait changer le lieu. Il devait déjà être rendu, à cette heure, de toute fa- « MERDE. » évidemment. L'heure. Elle attrapa rapidement les clés de sa voiture et sa veste, l'enfilant, descendant déjà les quelques marches de la maison pour se rendre à la dite voiture. Tellement lunatique, celle-là. Elle n'avait même pas de raison pour son retard. Et le pire : elle devait se rendre à gangnam en un temps record. Et, non, on s'en doute, Leyna n'allait pas faire de vitesse sur les routes. Pas question. Bon, ça allait toujours, elle n'avait que cinq minutes de retard... mais le temps de se rendre, là, elle aurait certainement un bon trente minutes de retard. Elle attrapa son portable avant de démarrer la voiture. Elle allait au moins lui envoyer un message pour lui signaler son retard, c'était la moindre des choses.

06/02/11, 18:07
from : 몬래나
to : 박승리
mianhae ! je vais être en retard. x.x attends moi, eh ? je monte dans la voiture ! ㅠㅠ


Dix-huit heure vingt-six, exactement, lorsqu'elle posa finalement les pieds hors de sa voiture. La nervosité s'était toute envolée : pas étonnant. Elle était, encore une fois, en retard. C'était ça, d'être lunatique, mh. Mais, maintenant qu'elle se trouvait devant le café en question, la voilà qui revenait. Rapidement. Trop rapidement. Elle prit d'abord quelques secondes, s'assurant d'être présentable en observant son reflet dans la fenêtre, inspirant un bon coup. Ce n'était rien du tout, elle n'avait franchement aucune raison d'être stressée. Au pire, ça lui ferait un nouvel ami. Elle aimait rencontrer des gens, elle adorait se faire des nouveaux amis, il n'y avait rien d'extraordinaire à cette sortie... discours ridicule. Elle sursauta lorsqu'une dame tapota son épaule, s'excusant et lui demandant si elle comptait entrer ou s'en aller. Leyna s'excusa vaguement d'un signe de tête, poussant enfin la porte. Voilà, elle le voyait, assis sagement à une table, l'attendant. Plus question de reculer, maintenant, alors elle leva la tête bien haut, arborant ce faux sourire très confiant et très amical qu'elle était tellement habituée de porter qu'il paraissait tout bonnement naturel. Puis elle se dirigea vers la table, s’assoyant naturellement face à lui, évitant de poser son regard vers le siens, poussant un long soupir. « ça m'arrive toujours. pardon, je n'ai pas d'excuses... » puis elle ramassa tout son courage, redressant la tête, replaçant quelques mèches de cheveux et lui adressant un sourire plus doux, désolée. « j'espère que tu n'as pas attendu trop longtemps, autrement, ça sera à mon tour de me faire pardonner. » dit-elle, sur un ton empreint d'un discret humour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

flawless admin

avatar

Park Seung Lee


Pseudo : ash.
Avatar : jay park.
Messages : 86
I'm a member since : 31/05/2011

MessageSujet: Re: &that's how you became my ball and chain.    Sam 4 Juin - 8:17

Elle allait être en retard. De combien de temps ? Il n'en savait rien, elle n'avait pas précisé. Il allait donc devoir attendre, là, devant ce café, bêtement. Si il était nerveux ? Un peu. Après tout, il ne connaissait pas cette jeune femme : il l'avait rencontrée la veille, alors qu'il était sur la route du retour après une longue journée de travail au centre aéré. Croisant le regard de la brunette au feu rouge se trouvant à l'angle de sa rue, troublé, il s'était fait renverser. Rien de grave, non, encore heureux, mais il n'empêche qu'il s'était ramassé devant tout le monde et qu'il avait eu la peur de sa vie. Sa bécane avait glissé sur le sol à plus de trois mètres et, alors qu'il était à terre, la jeune inconnue s'était élancée vers lui sans même penser aux risques qu'elle prenait en traversant la rue. Par réflexe, seung lee avait repoussé cette dernière sur le trottoir afin de lui éviter un quelconque accident ; allant par la suite chercher sa pauvre moto échouée et rayée. Il n'était pas blessé : deux, trois égratignures seulement, rien de sérieux. Sa lèvre s'était ouverte, comme son arcade sourcilière, et ses mains étaient éraflées. Mais il n'était ni en deuil, ni en fauteuil roulant alors, sincèrement, il n'avait pas à se plaindre. Si il en voulait à la brunette de l'avoir perturbé dans sa conduite ? Pas tellement, non, c'était à lui d'être concentré sur la route, il ne pouvait donc pas mettre la faute sur elle. Elle l'avait juste regardé, longuement, attirant finalement son attention. Et il était tombé dans le piège, curieux, se laissant prendre à ce jeu de regards. « et merde. » murmura t-il, se passant une main sur le front. Qu'allait-il faire en l'attendant, là ? Le stress était déjà présent depuis dix bonnes minutes et ce dernier allait sûrement être entretenu pendant encore un petit bout de temps. Il faut dire qu'il était toujours en avance aux rendez-vous, question de respect ; alors il s'infligeait de l'attente d'office. Mais là, elle lui en rajoutait : n'avait-elle pas regardé sa montre ? C'est dingue comme le taux de filles retardataires pouvait flamber au fil des années. Se faisaient-elles passer le mot, histoire de se faire désirer ou une autre connerie du genre ? En général, il s'agissait aussi d'un simple moyen de vengeance. Mais cette possibilité était à bannir : il ne connaissait rien, pas même le moindre détail insignifiant, de cette dénommée leyna. Si ce n'était qu'elle était sûrement étrangère si l'on se fiait à son prénom ; simple déduction. Plongeant ses mains dans ses poches, le brun s'adossa au mur, balayant sa droite et sa gauche de ses prunelles noires : bon, allait-elle débarquer d'un instant à l'autre, au bout du chemin ? Et puis, à quoi ressemblait-elle déjà ? Plus il y réfléchissait, plus il essayait de revoir cette demoiselle dans son esprit, moins il s'en souvenait. Chaque trait devenait flou, le laissant perplexe : et si il n'arrivait pas à la reconnaître ? La honte. Et puis, elle risquerait d'être blessée. Elle avait pratiquement sacrifié sa vie pour lui offrir son aide, ne pas la reconnaître serait comme lui donner un coup de couteau. Bon, d'accord, cette image était peut-être un peu exagérée mais elle accueillerait sûrement très mal le fait qu'il l'ignore alors qu'elle passe juste à côté de lui. Faisant des efforts de concentration, seung lee plissa les yeux, détaillant les piétons. Elle ne semblait pas être présente. Peut-être allait-elle arriver dans une minute mais, là, il faisait un peu trop chaud pour qu'il reste dehors et il n'avait pas la moindre envie de répondre à son sms pour savoir où elle en était. Il faut dire que notre coréen n'était pas très friand des obligations et, écrire un texto était une chose qu'il faisait très rarement : il n'aimait pas ça, simplement, et préférait largement appeler pour prendre des nouvelles. Mais il patienterait sagement, assez intelligent pour savoir qu'il était dangereux d'essayer de la joindre alors qu'elle était au volant. Et puis, ça serait méchamment ironique qu'elle ait à son tour un accident par sa faute. Chose à éviter. Passant sa langue sur ses lèvres sèches et blessées, le brun pénétra dans le café, jetant un rapide coup d’œil à la salle entière avant de finalement aller s'asseoir à une table près de la fenêtre. De là, il pourrait la voir venir et elle ne mettrait pas longtemps à le repérer une fois dans ce lieu de convivialité. Il lui facilitait les choses. Cette position stratégique lui offrirait deux bonnes minutes de plus pour la reconnaître et lui éviterait, ainsi, d'avoir l'air distant lorsqu'elle s'adresserait à lui.

Parce que, malheureusement, le coréen était généralement froid, voire hautain, avec les gens qu'il ne connaissait pas : ce n'était pas méchant, bien sûr que non, et rien dans ses propos n'était blessant. Il s'agissait juste de son regard, sombre et parfois dur. Les gens concluaient rapidement qu'il était en colère lorsqu'il posait les yeux sur eux, sans aucune arrière-pensée. Vilain air de famille avec sa mère. La plupart des gens le prenaient de ce fait pour un fouteur de merde calculateur tandis que le reste craquait. Allez savoir, les humains restaient un entier mystère aux yeux de seung lee. Bon, et cette leyna ? Posant ses coudes sur la table, passant son index sur sa lèvre inférieure, le coréen s'interrogeait : est-ce que n'importe quelle personne aurait été aussi inconsciente que cette femme pour lui venir en aide ? Il ne comprenait pas trop. Est-ce que cela avait été un simple réflexe ? Un individu lambda aurait plutôt tendance à ouvrir grand la bouche et à crier qu'à se jeter sur lui pour le relever. Oh oui, il était perplexe. Cette situation était assez unique et, de ce fait, insaisissable. Mais voilà, il avait invité la sauveuse en question pour la remercier correctement : disons qu'il avait été un peu sec le jour j et qu'il désirait se rattraper. Il mettait sa froideur passée sur le compte du choc. C'était une bonne excuse et aussi, sûrement, une bonne raison. Inexplicable ; à la suite de l'accident, il lui était arrivé d'appeler leyna histoire de prendre des nouvelles. Ce n'était pas là une obligation : il voulait juste lui parler un peu, pour la rassurer sur son état et pour, par la même occasion, se lier d'amitié avec elle. Comment pouvait-il passer à côté d'une fille qui n'avait pas eu la moindre hésitation à traverser la rue bondée de voitures pour venir lui prêter main forte ? Cela serait se comporter comme un goujat, un mec dénué de principes. Il n'était pas quelqu'un de ce genre. Croisant le regard de la serveuse, il lui fit un léger signe négatif de la tête : ce n'était pas la peine qu'elle lui serve quelque chose maintenant, il allait poliment attendre que la demoiselle arrive. Et, en parlant du loup, le voilà qui se pointait : leyna, il l'avait reconnue, finalement. Jean et chemise bleue, l'air pressée. Elle entra à son tour dans le café après s'être faite interpellée par une vieille femme, venant derechef s'asseoir en face de lui, souriante. « ça m'arrive toujours. pardon, je n'ai pas d'excuses... j'espère que tu n'as pas attendu trop longtemps, autrement, ça sera à mon tour de me faire pardonner. » elle s'excusait, c'était mignon ; toutes les filles ne prenaient pas la peine de le faire, jugeant qu'elles avaient absolument tous les droits sur cette terre, même de faire patienter un gentleman. Accueillant, seung lee lui rendit un large sourire avant de répondre d'une voix calme : « ne t'en fais pas pour ça, je suis là depuis cinq minutes. il y avait pas mal de bouchons. » menteur, oui, si l'on pouvait réellement appeler ça un mensonge. Il n'allait tout de même pas lui balancer au visage qu'il patientait depuis une trentaine de minutes ? Elle se sentirait davantage coupable pour un truc qui, en réalité, n'avait aucune importance. Disons juste qu'il ne se gênait pas pour modifier la réalité du moment que cela n'avait pas de graves conséquences. Et du moment que la confiance n'était pas remise en cause, bien entendu. Jamais il ne mentirait sur quelque chose d'important, non, jamais. Il en était juste incapable, de toutes façons. « je précise toute de suite que c'est moi qui invite, bien sûr. » ajouta t-il, arborant toujours son chaleureux sourire. Le brun enleva ensuite ses coudes de la table, se levant, gardant ses yeux posés sur le visage de la belle qui, elle, persistait à éviter son regard. « je vais me chercher un thé. qu'est-ce que tu prends ? » sa voix se fit plus douce tandis qu'il penchait légèrement la tête sur le côté, espérant enfin croiser les prunelles fuyantes de leyna. Qu'avait-elle ? La mettait-il mal à l'aise ?

_________________

so hot for honey out of all the girls up in this club. this one got me whipped, just off one look, yep i fell in love. this one something special, this one just like dynamite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Moon Leyna


Pseudo : mee.
Avatar : kwon yuri;
Messages : 58
I'm a member since : 30/05/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: &that's how you became my ball and chain.    Sam 4 Juin - 21:06

« ne t'en fais pas pour ça, je suis là depuis cinq minutes. il y avait pas mal de bouchons. » soupir. Soulagée. Au moins, c'était ça. elle s'en serait voulue de l'avoir fait poireauter plus d'une trentaine de minutes - c'était tout simplement impensable. Certes, elle n'était pas la jeune femme la plus ponctuelle, et généralement, ce n'était pas pour se faire désirer ou quoi que ce soit, mais parce qu'elle était trop lunatique et que la chance... n'était jamais de son côté. Jamais. Il n'y avait qu'à voir la situation dans laquelle elle s'était mise encore une fois; sa vie tournait autour de ça, la malchance et les situations farfelues. Puis, il fallait également noter que Leyna n'avait rien d'une jeune femme dans les règles. C'est-à-dire que... les règles de séduction, ou alors les mesures à respecter afin de se faire désirer, elle ne les connaissait tout simplement pas. Après tout, elle avait été enfermée dans la même histoire d'amour depuis ses seize ans. Forcée, en tout premier lieu, mais l'amour était venue, pile au mauvais moment, visiblement. Et attirer les hommes n'était plus vraiment dans ses buts, ni même dans ses intérêts - triste à un si jeune âge. Dans tous les cas, il ne fallait pas compter sur ses amis ou ses fréquentations pour lui apprendre l'art d'être une femme; tous étaient des hommes, et des brutes, soit dit en passant. Sauf son frère, mais là encore, il ne fallait pas se fier sur Kelsey pour lui apprendre quelconque notion; son frère, lui, il était là pour passer le canifle à la gorge du premier garçon passant le pas de la porte, juste. Aussi simple que ça. Et pour revenir à nos moutons, comme on le dit : elle ne savait pas vraiment si c'était plus lâche ou plus prudent de fuir son regard. Mais, dans tous les cas, elle ne faisait pas réellement dans la subtilité. Louche, certes. Et si elle ne se faisait pas un peu plus naturelle, l'autre se douterait probablement de – quelque chose. Ce qu'il pouvait s'imaginer, elle n'en avait aucune idée. S'il allait poser des questions ? Ça non plus, elle n'en avait absolument aucune idée. Mais autant éviter le pire des scénarios; et la jeune femme redressa finalement la tête pour l'observer, ce dernier s'étant levé et penchant à présent la tête comme s'il cherchait à obtenir son attention. Oui, bon, clairement, il avait remarqué. Au moins, regardons le côté positif des choses : il n'avait pas attendu plus de cinq minutes, si elle en croyait ses mots. Naïve ? Non, pas du tout, mais pourquoi devrait-elle le soupçonner, au fond ? Elle ne le connaissait pas, et il ne la connaissait pas non plus. Lui mentir ne servait pas à grand-chose, pas maintenant, ou, du moins, c'était ce qu'elle croyait.

« je vais me chercher un thé. qu'est-ce que tu prends ? » sursaut. Elle cligna des yeux. Comme s'il était une statue, comme si elle ne s'était pas attendue à ce qu'il lui pose la question maintenant; confuse. Elle replaça quelques mèches de cheveux et tourna la tête vers le comptoir un peu plus loin, pinçant les lèvres. Elle connaissait à peu près tout le menu du café : pas très étonnant, puisqu'elle y bossait. Il y avait d'ailleurs beaucoup de choses qu'elle aurait pu prendre; largement meilleures qu'un thé, certainement, mais elle décida plutôt de prendre la même chose, hochant la tête. Elle allait le laisser aller au comptoir et ne le suivrait pas, et tout irait bien, n'est-ce pas ? Et puis, qu'il s'écarte quelques minutes, même si elles étaient courtes, lui laisserait probablement le temps de se ressaisir un peu. Entre son retard, la dame qui l'avait poussée à entrer plus rapidement et son entrée un peu catastrophique, juste un peu de temps pour reprendre son souffle. Le plan lui semblait correct - quel plan ? Elle humecta nerveusement ses lèvres et posa son regard vers le siens, lui adressant un mince sourire. Et en temps normal, c'est pile là qu'elle lui aurait dit qu'elle prendrait la même chose et qu'elle l'aurait remercié. Seulement, ce regard, là, il avait quelque chose de spécial. Et voilà pourquoi elle s'acharnait tellement à l'éviter; peur de s'y perdre, sûrement. Quelques secondes passèrent pendant lesquelles elle le fixa bêtement avant de tourner la tête, acquiesçant. Oui, bon, ça vient, Leyna ? Tu crois pas que t'as déjà assez passé pour une idiote ? « pardon, je prendrai la même chose. merci. » ben voilà, ce n'était pas si difficile. ... enfin, normalement, ça n'aurait pas été si difficile. Mais à peine les mots avaient-ils été prononcés qu'elle baissait déjà la tête, entremêlant nerveusement ses doigts devant elle, attendant que le jeune homme ne s'éloigne pour rejoindre le comptoir. Et la laisser souffler, oui. Mais qu'allait-il penser ? Connaissant les hommes, il penserait sûrement un truc qui allait dans le genre de; je lui fais tellement d'effet que je lui coupe le souffle ! Mais, non. Certes, il lui coupait un peu le souffle, mais ça n'avait probablement rien à voir avec ce qu'il pouvait possiblement croire. C'était, simplement, dirons-nous, Dieu qui refusait de la laisser faire son deuil correctement. Peut-être une punition ? 'deux mois, c'est trop court, tu n'as pas le droit de l'oublier.' - comme si elle ne culpabilisait pas déjà assez comme ça d'avoir décidé - enfin, décidé.... avec le bon vouloir de son frère, évidemment - de faire un trait sur sa vie passée. Avec un dernier brin de courage, elle redressa la tête - sans pourtant le regarder. Autant ne pas tenter le diable. « je t'attends. »

Il allait partir. D'une minute à l'autre, elle aurait sa dite pause. Et tandis qu'elle tournait à nouveau la tête vers lui, une drôle de pulsion sembla lui venir, et elle attrapa sa manche, la resserrant entre ses doigts vaguement. Mh. Mais qu'est-ce qu'elle faisait, là ? Étrange. Elle-même, elle n'avait pas compris son propre geste. Pas envie de le laisser partir, quelle contradiction. Ses joues se teintèrent d'un doux rose alors qu'elle baissait la tête vers les pieds du jeune homme, lèvres toujours pincées. Elle devait trouver quelque chose à dire, là, autrement, il la prendrait pour une folle - si ça, c'était pas déjà fait, en fait. « je voulais te dire que, tu n'as pas besoin de payer, en fait. je veux dire. au fond, c'est un peu ma faute, alors c'est moi qui devrait s'excuser. » silence. Il avait pris la peine de préciser qu'il l'invitait, en plus. Au fond, elle se fichait bien de qui payait, elle pouvait même payer pour lui s'il voulait; ce n'était pas comme si elle n'en avait pas les moyens. Elle relâcha sa manche et posa ses mains sur ses cuisses. « enfin, c'était naturel, pas besoin de me remercier, je te l'ai déjà dis. » patine, patine. Quel moment pour parler. Elle hocha lentement la tête et se leva soudainement, s'excusant. « bref, voilà. excuse-moi, je vais à la salle de bain, je reviens rapidement. » et sur ces mots, elle s'échappa vers la dite salle de bain, le laissant aller vers le comptoir. Se rafraîchir un peu, réfléchir quelques secondes, et tout irait bien. Vraiment, elle ne pouvait pas faire pires gaffes que ce qu'elle venait de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

flawless admin

avatar

Park Seung Lee


Pseudo : ash.
Avatar : jay park.
Messages : 86
I'm a member since : 31/05/2011

MessageSujet: Re: &that's how you became my ball and chain.    Dim 5 Juin - 0:19

Elle est étrange, c'était la première remarque qu'il s'était faite ; tout d'abord, elle se jetait sur lui comme une fille éperdument amoureuse alors qu'il se retrouvait au milieu d'un carrefour, à terre ; et, ensuite, elle le fixait sans rien dire. Encore, si par le passé ils s'étaient déjà rencontrés, d'accord, il aurait pu comprendre : mais, voilà, il ne l'avait jamais croisée. Le pire, c'est qu'il arrivait à deviner un sentiment spécial derrière ces deux prunelles brillantes qui osaient finalement se poser sur lui après une longue partie de cache-cache : elle avait du mal, oui, à affronter son regard. Et pourtant, ce dernier n'était pas dur comme à l'origine. Bien au contraire, il était même tendre. Aucune onde négative ne s'évadait de la fenêtre de l'âme de notre coréen : alors pourquoi cette réserve, cette gêne ? Lui plaisait-il ? L'épiait-elle depuis des siècles ? Seung lee essayait de trouver des explications à ce comportement pour le moins étonnant venant d'une nana qui ne lui rappelait strictement rien. Oh, mais peut-être qu'elle était simplement très humaine ? Très solidaire. Peut-être que, pour elle, le sens de la vie avait une importance si capitale que se mettre en danger de la sorte lui avait semblé être un acte réfléchi. Il n'en savait rien, en fin de compte, et ça le travaillait : il savait pertinemment que quelque chose n'allait pas. Cette histoire était plus compliquée qu'en apparence : s'agissait-il vraiment d'une femme qui avait désiré le secourir sans même le connaître, mettant sa propre personne en danger alors qu'ils n'avaient jamais rien partagé ensemble ? C'était tellement surprenant. Alors, oui, les questions s'enchainaient dans sa tête et il était à la limite de remercier dieu de lui avoir donné une patience si développée. Nul doute que la demoiselle se serait enfuie si il avait commencé l'interrogatoire, la projetant au cœur de sombres souvenirs ou de chaudes déclarations. Il ne pouvait pas se permettre d'agir de la sorte avec un être humain dont il ne connaissait pas le moindre trait de caractère pour le moment : cela serait non seulement un manque de respect mais, aussi, une erreur irrécupérable. Et si elle tournait les talons et décidait de ne plus jamais répondre à ses appels ? Pour un temps, ça l'énerverait. Il aurait la douloureuse impression d'être passé à côté de quelque chose d'important, pour leyna ou même pour lui ; ça le turlupinait. Il désirait, presque ardemment, découvrir le lourd secret que la brunette cachait avec, bizarrement, si peu de facilités. Cette dernière hocha la tête, ses yeux plongés dans les siens : oui ? Cela voulait-il dire qu'elle allait reçu le message mais qu'elle ne désirait rien boire ou manger ? Ou alors, peut-être n'avait-elle pas compris sa question ? Fronçant légèrement les sourcils, seung lee demeurait perplexe : il avait raté un épisode et, là, c'est lui qui se sentait con. Que devait-il comprendre, elle voulait quelque chose oui ou non ? C'était à croire qu'elle ne savait parler qu'en codes. Il n'était pas sorti de l'auberge à ce train-là. « pardon, je prendrai la même chose. merci. » ah, merci, elle avait finalement utilisé ses lèvres, sa langue et sa voix pour l'aider dans son choix. Cependant, le brun buta sur le premier mot qu'elle employa : très bien, c'était déjà ça, elle avait remarqué son propre malaise et sûrement, aussi, celui dans lequel elle avait plongé son interlocuteur. Mais elle n'avait pas besoin de s'excuser pour ça : il se sentait flatté d'être regardé de la sorte même si, sincèrement, il y avait de quoi être vexé aussi. Les prunelles fuyantes de leyna auraient pu lui faire passer un message beaucoup plus négatif, surtout si il se fiait aux étincelles de nostalgie qu'il arrivait à y déceler. Finalement, était-il sûr de ne pas la connaître ? Et si il se trompait ? Promis, il ferait quelques recherches dans ses vieux albums photos en rentrant, histoire d'être rassuré et de ne pas faire davantage de mal à la belle en continuant de se comporter comme un parfait inconnu. Oui, parce que l'air de rien, il arrivait à ressentir la douleur de la plus jeune : pas besoin d'être médium pour ça ; elle le fuyait, n'était-ce pas déjà suffisant ? Il était d'ailleurs prêt à parier que son retard était lié à une hésitation ou à des préoccupations en rapport à sa propre personne. Et merde, il ne comprenait vraiment plus rien, chacune de ses pensées, qui à la base lui avait semblé cohérente, héritait d'une pointe de folie : il s'égarait, il cherchait trop et trop loin surtout. « je t'attends. » ouais, d'accord. Ce fut au tour de seung lee d'hocher la tête, se passant la langue sur les lèvres, accordant un dernier regard à sa sauveuse -terme plus symbolique qu'autre chose- ça ferait donc deux thés.

Avec un peu de chance, boire quelque chose de chaud permettrait à leyna de se calmer, d'être plus à l'aise. Peut-être arrêterait-elle de jouer nerveusement avec ses mains et de dévorer le bois de la table des yeux ? Espérons-le. Alors qu'il s'apprêtait à glisser ses mains dans ses poches, faisant un pas vers le bar dans le but d'étancher la possible soif de sa jeune amie, le brun sentit une résistance au niveau de sa manche. Qu'est-ce qui se passait ? Dos à elle, il jeta un coup d’œil par dessus son épaule, croisant à nouveau cette femme qui, à cet instant, ressemblait plus à une fillette égarée qu'à une héroïne. Elle se montrait soudainement familière, là, à le toucher, ses doigts se refermant sur sa veste. Il n'avait rien contre ; même si, de base, il détestait que des inconnus posent la main sur lui, il estimait que la gente féminine méritait tout de même ce privilège. Non, il n'était pas un bourreau des cœurs ; disons simplement qu'il était cruellement faible face à une demoiselle en détresse. Et celle-ci paraissait, de plus, particulièrement mal. « je voulais te dire que, tu n'as pas besoin de payer, en fait. je veux dire. au fond, c'est un peu ma faute, alors c'est moi qui devrais m'excuser. » dans quoi elle s'embarquait encore, depuis quand était-elle réellement la fautive dans cette histoire ? Payer était tout à fait naturel : une règle de base, d'or, que pas mal de mecs ne respectaient plus, c'est vrai, mais elle n'en demeurait pas moins primordiale pour notre coréen. Il se devait de l'inviter, c'était comme ça ; pas discutable. Premier réflexe ? Il haussa les épaules. Il fallait qu'elle comprenne que cela n'avait aucune importance, qu'il désire la remercier ou non, il était toujours comme ça avec une fille. C'était son mode de fonctionnement. « enfin, c'était naturel, pas besoin de me remercier, je te l'ai déjà dit. » naturel, comment pouvait-elle dire ça ? Un être humain sur mille ferait ça : elle avait été courageuse, et un peu folle sur les bords, certes, mais nul doute qu'elle avait largement mérité sa place au paradis. Et même si elle ne l'avait pas aidé à proprement parlé parce qu'il l'avait rapidement poussée vers le trottoir, il n'empêche que le geste avait énormément compté. Et, éternellement, il lui en serait reconnaissant : peu importe si c'était à cause de son regard assistant qu'il avait perdu le contrôle de sa moto. La réaction immédiate de leyna avait effacé la possible rancune qu'un mec lambda aurait été susceptible d'avoir à son égard après un tel épisode. Les doigts de la belle relâchèrent finalement sa manche ; « bref, voilà. excuse-moi, je vais à la salle de bain, je reviens rapidement. » il fallait qu'elle souffle. Comment il le savait ? L'escapade aux toilettes et cet air de victime dont elle n'arrivait pas à se débarrasser malgré les efforts. Il trouvait ça craquant, perso, mais toute cette histoire commençait à le mettre mal à l'aise. Il la regarda s'éloigner en direction des wc, perplexe. « aish. qu'est-ce qui ne va pas avec cette fille ? » il s'interrogeait lui-même, à voix basse. Comme si cela allait l'aider à réfléchir : non. Là il avait besoin de s'hydrater ; oui, voilà, c'était ça : son cerveau manquait d'oxygène et, de ce fait, il avait du mal à y voir clair. Il se dirigea donc vers le comptoir et commanda les deux thés. Une fois ces derniers en mains, il repartit s'asseoir à la table près de la fenêtre, jetant un coup d'oeil à l'extérieur ; le temps était magnifique. Le voilà qui, maintenant, faisait monsieur météo en attendant que la jeune inconnue revienne : il tentait de faire le vide dans son esprit, en réalité. Pour mieux comprendre leyna, pour mieux l’accueillir. Ce fut lorsqu'il entendit les talons de la plus jeune claquer sur le sol qu'il tourna son visage vers elle, arborant, comme toujours, un sourire : allons, il fallait changer le cours des choses et lui éviter de déprimer. C'est comme si elle étouffait avec lui ; et il espérait lui éviter ça le reste du temps de leur rendez-vous. Attrapant sa tasse de thé entre ses mains, il se réchauffa les doigts, prenant la parole d'une voix toujours très calme : « t'as l'impression que je me sens obligé de faire ça, leyna ? tu sais, offrir un thé ne représente absolument rien. c'est si infime par rapport au sacrifice que, toi, tu as fait les yeux fermés lorsque je suis tombé. et je t'interdis de penser que c'est à cause de toi si cela est arrivé. je ne regardais pas la route, c'est tout. va pas te pourrir la santé pour un détail aussi ridicule et, s'il-te-plaît, cesse de fuir mon regard. » si il l'avait connue un peu mieux, nul doute qu'il se serait autorisé à glisser deux doigts sous son menton pour lui relever le visage ; mais tout ça lui semblait encore beaucoup trop familier. Cette femme avait l'air fragile, mieux valait éviter les gestes maladroits.

_________________

so hot for honey out of all the girls up in this club. this one got me whipped, just off one look, yep i fell in love. this one something special, this one just like dynamite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: &that's how you became my ball and chain.    

Revenir en haut Aller en bas
 

&that's how you became my ball and chain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
once upon a time :: seoul; :: Gangnam ★ :: Hard Rock Cafe-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit